Jason Bourne

Jason Bourne
2016
Paul Greengrass

Il est difficile pour un studio de dire au revoir à une saga aussi lucrative, mais il faut dire que leur tentative pour continuer à capitaliser dessus fut décevante : Jason Bourne – l’héritage fut le moins rentable de la saga, affichant le plus fort budget pour un chiffre d’affaire moins bon que les deux derniers opus de la trilogie. Pas de quoi se décourager non plus, une suite à cet héritage ayant été annoncé peu après. Seulement voilà, ce que l’interprète originel réclamait pour revenir est arrivé : le retour de Paul Greengrass derrière la caméra, auteur du second et troisième volet. Le successeur Aaron Cross a donc vu sa carrière mise entre parenthèse car voici le retour du fils prodigue.

Beaucoup de temps s’est écoulé depuis le dernier coup d’éclat de Jason Bourne (Matt Damon) qui tente depuis de se faire oublier, gagnant sa vie dans des combats clandestins. Une vie de paria qui ne convient pas à Nicky Parsons (Julia Stiles), continuant d’œuvrer dans l’ombre, travaillant sur une affaire de surveillance où un géant de l’internet s’apprête à donner accès à la CIA à un système de fichage sans précédent. Chef de la CIA, Robert Dewey (Tommy Lee Jones) va alors tout mettre en œuvre pour empêcher toute information de fuiter, mettant « L’Atout » (Vincent Cassel) sur le coup, un tueur professionnel. Chef des opérations de l’agence américaine, Heather (Alicia Vikander) souhaite quant à elle réhabiliter l’ancien agent du programme Treadstone, Bourne.

Eh bien, neuf ans pour ça ? Pour le grand retour de l’agent enfin en pleine possession de sa mémoire, on nous refourgue un quasi remake de La Mort dans la peau. Sans trop en dévoiler, le point de départ et les raisons poussant Bourne à reprendre du service sont les mêmes, on reste éternellement bloqué sur de sombres magouilles de la CIA, le pseudo méchant est pour le quatrième film consécutif un tueur à gage de l’organisation, et encore une fois une femme gentille et consciencieuse vient s’interposer dans les affaires d’un de ses patrons pourri. Rien de bien nouveau sur la forme non plus, ressortant du jeu du chat et de la souris en ville, course-poursuite et autre infiltration moisie où le héros ne sait décidément pas se camoufler dans la masse ou se servir de déguisement. Pas de scènes spécialement marquantes non plus, juste un divertissement sympathique et dynamique dans sa seconde moitié, doté il est vrai d’un casting plus prestigieux que jamais. À cause d’un été surchargé où les blockbusters se cannibalisent entre eux, le score du film en salle est assez décevant, surtout aux Etats-Unis où le film n’arrivera pas à égaler les scores des deux derniers films de la première trilogie, et même à l’international le film devrait peiner à atteindre la barre des 400 M$, mais pas de quoi non plus remettre en cause la suite des événements. En effet, une cinquième aventure solo est prévue pour Jason Bourne avant une rencontre avec Aaron Cross prévue pour d’ici 2022. Pas de quoi sauter au plafond, mais sait-on jamais.

Disponible en version alternative et vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=rkI7bW8wkNY

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques, Vidéo. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.