Boyhood

Boyhood
2014
Richard Linklater

Passer des mois à réunir un casting aux acteurs ressemblants pour narrer une histoire sur de longues années et ainsi retrouver les mêmes personnages sur plusieurs époques, c’était visiblement trop facile pour Richard Linklater, nous proposant ici un procédé incroyable. Douze ans durant, le réalisateur et toute son équipe ont tourné leur récit quelques jours par an, suivant principalement Mason (Ellar Coltrane) de 6 à 18 ans. Une idée saluée par tous et qui a valut au film une pluie de nominations et de prix, mais il est dommage que le fond ne soit pas à la hauteur.

Suite au divorce de ses parents (Ethan Hawke et Patricia Arquette), Mason était parti avec sa sœur Sam vivre avec sa mère à l’âge de six ans. Le film propose de suivre l’évolution de sa vie de cet instant jusqu’à sa majorité et son entrée en université. Une vie ponctuée par les amours, que ce soit les nouveaux compagnons de ses parents, ceux de sa sœur ou les siens. Portrait extraordinaire d’une vie ordinaire.

Tout ça pour ça ? Il est vrai que le doublage français, d’une atrocité hors du commun, n’aide pas forcément à prendre la pleine et entière conscience du talent des acteurs, mais l’histoire est vraiment ennuyeuse par moments. Pendant plus de 150 minutes, on ne fera que suivre un quotidien banal, ne faisant que mettre en scène la vie d’un américain moyen qui aura le droit comme tout le monde à ses problèmes de déménagement, de beau-parent indigne, d’amour décevant, de difficultés d’intégration, d’argent, de look, … Tout y est, et même si le film le fait assez bien et gère son temps convenablement compte tenu de sa durée, le parti prit artistique de départ ne suffit pas pour rendre cet enchevêtrement de clichés original. Une réputation surfaite pour un film tout sauf révolutionnaire, tout juste le regardera t-on avec curiosité.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *