S.O.S. Fantômes


S.O.S. Fantômes
1984
Ivan Reitman

Après un pseudo suite féminisée qui fut un bide fracassant et quasi unanimement décrié, une vraie suite vient de débarquer, et il était donc grand temps de redécouvrir ce monument de la culture populaire qui fut à sa sortie l’un des plus gros succès de l’histoire aux Etats-Unis avec 242 M$, soit l’équivalent actuel de 626 M$, ce qui en fait après inflation la comédie ayant fait le plus d’entrées l’histoire, légèrement au dessus de Maman j’ai raté l’avion et ses 285 M$ sur le sol américain qui fait 621 M$ après inflation. Et pourtant, en dehors du pays de l’oncle Sam, le film est passé complètement inaperçu avec 53 M$ dans le reste du monde et des critiques loin d’être bonnes.

Qui allez-vous appeler ? Les Ghostbusters évidemment ! Trio de chercheurs dans une université New-Yorkaise, trois amis (Bill Murray, Dan Aykroyd et Harold Ramis) vont un jour découvrir une étrange substance résiduelle suite au passage supposé d’un ectoplasme, de quoi imaginer quel genre d’exposition pourrait justement détruire ce genre de composé. Il n’en fallait pas plus. Un petit licenciement, une hypothèque et voilà que la bande va se lancer dans l’aventure de la chasse aux fantômes.

Chasser des fantômes, c’est-il pas cool ? Bah non, c’est atroce comme forme d’errance, qui aspire à ce genre d’expérience post-mortem ? Non mais avec les costumes, les positronneurs, le véhicule, la barre de pompiers ? Bof… Who you gonna call ?! Ghostbusters ! En vrai même le concept n’est pas si bon, et le film l’exploite extrêmement mal. Passé le charme de Sigourney Weaver, l’espièglerie du personnage de Bill et la gentillesse qui émane du personnage de Dan, Harold est une caricature d’intello ennuyeuse, Ernie Hudson est une nouvelle recrue trop tardive et qui ne sert à rien, Rick Moranis est juste malaisant et pas respecté tant son rôle est souillé, et tout le scénario est juste catastrophique. On balance des noms pseudo scientifiques pour vaguement expliquer le concept, puis ensuite c’est la foire à la saucisse : on balance des noms au hasard pour teaser une menace invraisemblable, et absolument tous les ressorts de développement n’ont aucun sens. L’agent écologique débile, eux qui laissent faire, des possessions comme par hasard, du mac guffin de sumo, vraiment un enfer à suivre. Point moins important mais tout de même à noter : le film a particulièrement mal vieilli. Les effets spéciaux sont criards, kitchs au possible, les décors en carton-pâte et mon Dieu que ça se voit ! Les héros et la musique sont cool, mais à part ça l’ennui était clairement pas loin.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.