Boule & Bill

Boule & Bill
2013
Alexandre Charlot, Franck Magnier

Après les adaptations catastrophiques de Lucky Luke et Astérix, les très moyennes de Titeuf et Ducobu, les bandes dessinées sont à l’honneur une fois de plus cette années avec Les Profs et ce film, adaptation de la BD de Jean Roba, reprise depuis 2003 par Laurent Verron. Principalement adressé aux enfants, le film a fait un carton au cinéma avec quasiment deux millions d’entrées, et on se dit que les parent ont dû souffrir, beaucoup souffrir…

Piégé par sa femme (Marina Foïs), le papa de Boule (Franck Dubosc) se retrouva à la SPA sans crier gare, l’obligeant à ramener un chien à la maison, un cocker roux qu’ils prénommeront Bill (Manu Payet). Mais très vite, le chien montrera ses talents destructeurs et sa fougue envahissante et ingérable. Et quand la famille dû déménager à la capitale pour le travail, la situation empira de plus belle.

De base, la BD dont s’inspire le film est assez mauvaise, voir complètement puéril et insipide. Le film fait donc preuve de beaucoup de fidélité à ce niveau là, transcendant la formule pour un faire un navet particulièrement indigeste. Tout est raté du début à la fin. De base, tous les personnages sont insupportables : le père est un connard qui n’évoluera que trop tard et faisant un clin d’œil final à la BD grotesque, la tortue ne sert à rien et sa romance inter-espèce est juste pitoyable, Boule – en plus d’avoir un prénom pas très légal – a une tête de con et est incarné par un acteur médiocre, le voisin du dessous sert juste à faire chier, … Le principal problème est que la psychologie de base est mauvaise et qu’elle ne bougera pas d’un iota. À côté de ça, l’histoire est incroyablement faible et incohérente (genre qu’un chien peut rester des plombes sur la corniche d’une voiture sans tomber ni attirer l’attention), les gags éculés et soporifiques. Et que dire de sa fin, spécialement débile et invraisemblable (le coup habituel du timing parfait à l’infini). Le seul point positif du film est qu’il est court. C’est une honte de se foutre aussi ouvertement des enfants en les abrutissant !

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.