Serial noceurs

Serial noceurs
2005
David Dobkin

Réunis cet été pour Les Stagiaires, qui n’a malheureusement pas réussi à reproduire le succès de ce film, le duo formé ici a marqué. Grosse comédie de l’été 2005, le film avait déjà démarré plutôt fort avec 34 M$ en un weekend, mais là où il a battu des records, c’est au niveau du maintient. Plus de dix semaines à truster le top 10, il a fini sa course à un hallucinant 209 M$ sur le seul territoire américain, pour un total international plus modeste mais tout de même énorme de 285 M$. Un must ?

Suivant les instruction de leur mentor Chazz (Will Ferrell), deux potes pour la vie, John (Owen Wilson) et Jeremy (Vince Vaughn), croquent la vie à pleines dents en s’adonnant à un plaisir sans commune mesure pour eux : s’incruster à des mariages, territoire de prédilection pour la séduction. Convivialité, festivité et sexe : le plan de rêve. Puis un jour, c’est le jackpot, le mariage ultime : celui de la fille aînée du ministre de l’économie (Christopher Walken). Un événement mondain incroyable, auquel va s’ajouter une double rencontre féerique : les autres filles du ministre, Claire (Rachel McAdams) et Gloria (Isla Fisher). Mais les choses vont se révéler un peu plus compliquées : Gloria n’est qu’une nymphomane insatiable et Claire est fiancé (avec Bradley Cooper).

Si tous les mariages ne sont pas des fêtes somptueuses, il y règne généralement une bonne ambiance, la nourriture est à foison et l’alcool coule à flot. On comprend ainsi cette joie pas si démesurée des deux compères, et on y voit toute la diversité que peut offrir les cultures et les croyances, apportant un divertissement varié. Puis ensuite on passe au vrai fond : la quête d’amour, forcément parsemée d’embûches. Sans faire preuve d’une originalité folle, le film se renouvelle pas mal et l’histoire n’est pas mauvaise. Pour ce qui est de l’humour, certes parfois un peu gras et en dessous de la ceinture, il faut bien dire que ça fait mouche, presque tout le temps et avec un rythme effréné. Ça fuse et on se marre bien, trouvant régulièrement des perles magnifiques, jusque dans les derniers instants avec le personnage de Chazz, sorte de cerise sur le gâteau. Quelques facilités, peu de surprises mais une efficacité monstre qui nous fera passer un excellent moment.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.