Un Plan Parfait

Un Plan Parfait
2012
Pascal Chaumeil

Grosse production française qui se devait d’être un grand succès, le film fut un bide avec seulement 1,2 millions d’entrées en France, très loin de rentabiliser l’investissement, soulevant ainsi un débat qui sera relancé quelques mois plus tard avec Eyjafjallajökull puisque dans les deux cas, le film ne fut pas rentable et Dany Boon reçut trois millions d’euros de cachet. Heureusement qu’il se rattrape sur ses propres films… Encore est-il qu’une fois de plus, l’insuccès est amplement mérité.

Des plus saugrenue, l’histoire explique à elle seule l’échec du film. Dans la famille d’Isabelle (Diane Kruger), une malédiction semble frapper chaque femme de la famille : chaque premier mariage est un échec, mais le second est toujours le bon. En couple depuis dix ans avec son âme sœur, Isabelle craint de se marier et décide donc d’organiser un mariage bidon pour contrer la malédiction. Normalement arrangé avec un coréen, son plan va tomber à l’eau et elle va choisir de partir au Kenya avec Jean-Yves (Dany Boon), le parfait pigeon. Elle qui se voyait mariée et divorcée en moins de deux, son plan parfait va lui donner plus de fil à retordre que prévu.

Le film commence très mal. Être superstitieux c’est une chose, mais de là à claquer cinq mille euros pour un mariage bidon, y’a de quoi s’interroger. Pire encore, partir sur un coup de tête au Kenya pour suivre un abruti de première en espérant se marier en quelques jours avec lui, et re-claquer au passage trois mile euros, ça en devient ridicule. Lourdingue et improbable, le scénario va en plus largement pâtir de ses deux personnages principaux : l’un étant invraisemblablement stupide et l’autre une garce finie, tous deux antipathiques au possible. Quelques passages un peu plus drôles sauvent le film de la noyade, notamment grâce à Jonathan Cohen et ses interventions dans l’histoire d’Alice Pol, mais le scénario est franchement affligeant. La dernière partie en Russie est à vomir et le final est ridicule. De beaux paysages, quelques têtes connues bien que mal exploitées, un humour parfois drôle. Rien de très réjouissant pour cette romance vide, incohérente et décérébrée.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.