Catacombes

Catacombes
2014
John Erick Dowdle

Ça devient une habitude, le cinéma horrifique est de plus en plus lié au tournage en found-footage, et certains s’en lassent, à tord. Le procédé est excellent et ne doit pas être remit en cause sous prétexte que bon nombre de films l’ayant récemment utilisé se sont avéré très mauvais. La preuve en est avec cette plongée en enfer qui vous glacera le sang.

Si vous aussi vous croyiez que J.K. Rowling avait inventé le personnage Nicolas Flemming et sa Pierre Philosophale, eh bien sachez que non, tout deux ont réellement existé. Considéré comme le plus grand alchimiste de l’histoire, il est « mort » en emportant avec lui le secret de sa pierre, mais pour qui saurait déchiffrer et comprendre son alphabet, alors le chemin lui sera révélé. Scarlett, une professeure d’université anglaise, a justement découvert la statue de rosette permettant de déchiffrer la tablette de Nicolas Flemming. Son trésor serait caché une centaine de mettre en dessous de sa « tombe », dans une galerie inconnue des catacombes parisiennes.

La claustrophobie est l’une des peurs les plus répandues, alors baser tout un film là dessus ne peut qu’être une bonne idée : Sanctum s’en tirait pas trop mal, mais il n’avait pas le côté fantastique ici salvateur. En effet, si avancer dans des dédales minuscules cernés par les restes de six millions de cadavres est déjà angoissant en soit, l’escouade d’aventurier sera aussi confrontée à des choses bien plus terrifiantes qu’une secte sataniste en masques sortie de nulle part. En s’enfonçant dans les entrailles de la terre, l’équipe se retrouvera face à des manifestations surnaturelles de plus en plus effrayantes, jusqu’à se retrouver physiquement dans les enfers, machiavéliques et vengeurs. Une montée crescendo dans l’horreur, basculant de plus en plus dans le fantastique avec une efficacité redoutable, vous prenant vraiment aux tripes. Bien plus subtil que la plupart des films du genre, le film surprend très souvent, osant des pistes plus psychédéliques, et ça rend très bien. Une bien belle surprise qui réconciliera avec un genre régulièrement sali.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.