The Signal

The Signal
2014
William Eubank

Pas besoin de gros budget pour faire de l’excellente science-fiction ni même de sortir en salle comme nous l’ont prouvé Exam, Citadel, l’exceptionnel Cargo ou le récent et non moins incroyable Predestination. Bon, certes, la plupart de ces films, celui-ci comprit, sont tout de même sortis dans quelques salles de plusieurs pays, mais jamais dans un nombre de salles signifiant (sauf là en Russie). Nouvel illustre représentant de ces aïeux ? On aurait aimé le croire, mais non.

Se faire pirater, ça a l’air anodin, mais quand la personne de l’autre côté est capable de percer les sécurités des serveurs du MIT, ça n’est pas n’importe qui. Pourtant, trois étudiants (principalement Brenton Thwaites) de là bas on réussi à percer à jour son adresse IP, localisée dans le Nevada. Juste histoire de savoir à qui ils ont affaire, et profitant de passer à proximité à l’occasion d’un voyage, ils vont se rendre sur place, découvrant une bien étrange maison d’apparence abandonnée. Mais sur place, ils vont être confrontés au Signal, une EBE (Entité Biologique Extraterrestre), du moins d’après le « docteur » (Laurence Fishburne) les ayant recueilli après le contact.

Bon les gars, qu’est-ce qu’on avait dit ? Une ligne de coke à la fois ! Pas plus de quatre pilules par jour, surtout après s’être piqué ! Après une très longue amorce style teen-movie dans un genre qui tournerait mal à la limite du film d’horreur, le film bascule violemment dans une histoire de complot gouvernemental sur fond d’invasion extraterrestre. Une bonne chose, le début étant assez ennuyeux, et on nous propose direct des pistes de réflexions et des mystères de partout pour faire monter la sauce autour de l’intrigue. Une spirale de torture psychologique sera alors infligée au héros, à force un peu redondante, mais on se demande où tout cela peut mener. Malheureusement beaucoup trop loin, et sans grande originalité qui plus est, lorgnant de tous les côtés, que ça soit Matrix ou District 9. Le résultat aurait pu être intéressant, d’autant que niveau effets spéciaux le film est solide, mais il pêche en rythme et ses explications sont laborieuses, n’arrivant jamais vraiment à faire vivre son histoire. Un trip ambitieux mais inabouti.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.