Uncharted


Uncharted
2022
Ruben Fleischer

Qu’est-ce que serait une bonne adaptation de la saga de jeux-vidéo Uncharted ? Aucune idée, n’ayant jamais touché à un seul des jeux ni vu le moindre let’s play dessus. Et en vrai tant mieux, puisqu’importe la qualité des jeux, il est ici question de la version cinéma, qui se doit de se suffire à lui-même.

Orphelin ayant grandit en rêvant du récit de l’or perdu des espagnols conquistadors, Nathan Drake (Tom Holland) va avoir la chance de poursuivre ce rêve grâce à un certain Victor Sullivan (Mark Wahlberg), chasseur de trésors. Pour Nathan, c’était un rêve, pour lui c’est un projet en passe d’aboutir, mais pour ce faire il devra faire face à Moncada (Antonio Banderas) et Braddock (Tati Gabrielle), eux aussi sur la trace de l’or. Une piste qui les mènera tout d’abord à Barcelone où les attend Chloe Frazer (Sophia Ali).

Autant dire que la surprise est immense quand vient l’heure du constat. Annoncé en 2010 pour une sortie en 2012, le film a connu une bonne dizaine de réécritures, partant d’abord sur une adaptation avant de pencher pour un préquel, et ce ne sont pas moins de cinq réalisateurs qui furent rattaché au projet, et le casting lui-même changea plusieurs fois, notamment du fait du changement d’époque choisi. Souffrant d’une réputation de film maudit, reposant sur une saga populaire mais représentant le tiers des ventes des Tomb Raider à titre de comparaison, et sortant dans une période pas si facile, peu sont ceux qui auraient parié un billet sur le film. Et pourtant, peut-être porté par le succès historique de Spider-Man no way home créant de fait une certaines fan-base autour de l’acteur, le film a explosé les compteurs en frôlant les 400 M$ dans le monde. Une sacrée réussite et qui s’avère même totalement méritée car non seulement les films d’aventures à la Indiana Jones ou Benjamin Gates sont pratiquement inexistants dans le paysage cinématographique, mais c’est en plus une cuvée particulièrement bonne. La quête a une réelle envergure, on parle de plusieurs milliards en or avec du bon gros délire où ça part très loin avec des clés servant à tout dans des lieux historiques invraisemblablement passés entre les mailles des chercheurs, mais plus c’est gros plus ça passe et c’est justement du grand spectacle décomplexé qui fait plaisir. Beaucoup de décors réels, certains très impressionnants, on a la fameuse scène de l’avion, donc que ce soit le scénario ou la mise en scène, c’est réellement spectaculaire. Et côté acteurs, que ce soit l’écriture des personnages ou les performances, on sent des acteurs investis et décomplexés, charismatiques et rendant l’expérience vraiment fun. De l’aventure fraîche et décontractée comme on voit pour ainsi dire plus jamais et dont les rares représentant n’étaient pas toujours aussi efficaces, donc je ne peux que le conseiller.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.