Dos au mur

Dos au mur
2012
Asger Leth

Quand on est jugé coupable d’un crime qu’on a pas commit, doit t-on rester là sans broncher et accepter une condamnation non méritée ? Nick Cassidy (Sam Worthington) fut condamner à 25 ans de prison pour le vol d’un diamant d’une valeur de 40 millions. Lui soutient le fait qu’il s’agit d’un coup-monté orchestré par David Englander (Ed Harris), propriétaire du diamant, dans le but de toucher l’argent de l’assurance tout en conservant son précieux joyau. Il va donc profiter de la mort de son père pour sortir de prison et prendre la fuite. Quelques temps plus tard, il va dans un hôtel et sort par la fenêtre du 40° étage et reste dos au mur. En bas, c’est l’affolement et tout le monde le prend pour un suicidaire. Peu après, la police arrive pour négocier avec lui. Sa seule requête : avoir Lydia Mercer (Elizabeth Banks) comme négociatrice. Mais tout cela n’est qu’une mascarade pour dissimuler son vrai objectif : prouver son innocence. Pour cela, pendant ce temps, son frère (Jamie Bell) organise le vrai vol du diamant.

Un peu fouillis au premier abord, le film fait exactement ce qu’on attend de lui et enchaîne avec prévisibilité les scènes. Au début, tout sonne un peu faux mais c’est normal puisque tout n’est que supercherie et qu’un énorme coup se prépare à côté. Énorme ? Eh bien pas tant que ça puisqu’encore une fois tout est attendu et l’ensemble fait preuve de beaucoup trop d’amateurisme. L’histoire n’évoluera pas des masses et les révélations ne surprendront personne… Néanmoins, le film est dynamique, stressant et fait malgré tout gonfler le suspense, aussi artificiel soit-il. Le casting est mastoc même si les performances ne sont pas exceptionnelles. Bref, le film à plein de qualités mais elles ne sont pas bien exploitées et le rendu est tout juste satisfaisant. Mais heureusement, la fin vient relever un tant soit peu le niveau en ajoutant une certaine touche de classe et de force. Du coup, on obtient un thriller pas trop mal fait et qui repose sur une histoire captivante.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.