Star Trek Sans Limites

Star Trek Sans limites
2016
Justin Lin

Considéré comme de la science-fiction de série B par certains, Star Trek est resté pendant longtemps une franchise marginale, à peu près bien implantée aux Etats-Unis mais totalement inconnue dans le reste du monde. Avant le reboot en 2009, aucun des dix précédents films n’avait réussi à atteindre les 200 M$ dans le monde, et en France un seul avait dépassé les deux-cent mille entrées, de quoi laisser perplexe quand les investisseurs ont mit 150 M$ dans le reboot Star Trek, mais avec 385 M$ le film a plus que doublé le précédent record et fans comme néophytes ont applaudi une prise de risque aussi réussie. Quatre ans plus tard Star Trek into Darkness a magnifié la formule avec de l’encore plus grand spectacle, arrivant enfin à implanter la licence à l’international en doublant les recettes hors Etats-Unis pour un total de 467 M$, même si avec un budget brut de 190 M$ les marges restaient faibles.

Venant fêter les 50 ans de la franchise, ce troisième film espérait faire encore mieux, mais pourrait en réalité sceller l’avenir de la saga : accusant une nouvelle lourde chute aux Etats-Unis (probablement 158 M$ en fin de carrière quand les deux autres engrangeaient respectivement 258 M$ et 229 M$) le film peine aussi à égaliser le précédent dans le monde. Le film pourrait terminer sa course à un médiocre 300 M$ mondial malgré des critiques très proches des précédents, à moins que la Chine ne sauve la mise. Alors à qui la faute ? Le départ du réalisateur emblématique n’a pas aidé il est vrai, de même que le scénariste des deux premiers, remplacé en urgence à quelques semaines du tournage, lui même programmé à la dernière minute pour respecter la date anniversaire, laissant par là même moins de temps pour peaufiner les effets spéciaux. Avec en prime une première bande-annonce qui a divisé de par son style pas très raccord, la campagne publicitaire fut pour le moins chaotique. Espérons que cela ne sonne pas le glas de cette licence qui semble avoir encore tant à dire.

Côté scénario, cette suite nous raconte en toute logique la mission de cinq ans annoncée à la fin du dernier film. Ainsi, le capitaine Kirk (Chris Pine), son second Spock (Zachary Quinto) et l’équipage de l’Enterprise (Zoe SaldanaKarl UrbanSimon PeggJohn Cho et Anton Yelchin) étaient parti à la recherche de nouvelles espèces extraterrestres, soit dans un but de découverte soit d’alliance en fonction des situations. De passage dans une planète artificielle, ils vont être appelés à la rescousse pour une mission de sauvetage, mais les choses vont mal tourner.

Alors qu’on avait tous le regard tourné vers les klingons, espérant la guerre la plus épique de l’histoire du cinéma, on devra encore patienter (enfin espérons) avec une petite aventure pas forcément très ambitieuse, nous proposant tout simplement une incursion dans cet univers si riche. Au programme, une histoire assez simple, bien que recelant quelques bonnes idées entre les personnages d’Idris Elba et de Sofia Boutella, dotant que jouissant d’un design particulièrement réussi. Le personnage de la demoiselle en détresse quémandant de l’aide est aussi une superbe création artistique, nous prouvant que les créatures numériques ne font pas le poids face à de pareilles prouesses de prothèses et divers maquillages. Pas de quoi s’extasier en revanche pour la principale planète visitée, loin d’éblouir de par son originalité et ne possédant pas la moindre espèce animale. De leurs côtés, si la planète artificielle et les sbires du méchant sont aussi réussis, ils ne dénotent pas d’une grande originalité, étant passablement copiés de Mass Effect (intérieur de la Citadelle et les Récolteurs). On pourra encore et toujours pester face au manque de réalisme du film, invariablement inconscient de ce qu’est l’espace, à savoir du « vide » à -270°C où une quelconque brèche entraîne instantanément une déperdition massive d’air, aspirant tout sur son passage, sans compter le froid extrême tuant toute âme vivante. Dans cette optique, tout ce qui entoure les combats spatiaux est une aberration. Mais bon, pour peu qu’on ferme les yeux là dessus on passe assurément un très bon moment, plein de scènes impressionnantes (notamment dans la « Citadelle ») et de rencontres intéressantes. Ne reste plus qu’à espérer un soutien colossal de la Chine, sans quoi les choses s’arrêteront là.

Disponible en version alternative et vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=2rSvCrFd38Q

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques, Vidéo. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.